22 janvier 2011

Corps, Fabienne Jacob

Ah quel plaisir de retrouver le concours des lecteurs de l'Armitière. Dans le groupe du lundi j'ai des bonnes chances de croiser Colette, ça va être vivant! Le beau petit livre de Fabienne Jacob recueille -comme autant de nouvelles- des bribes de récits, des morceaux de vie, des tranches de corps étendus sur le lit du salon d'esthétique. Un peu dans la veine de Venus Beauté. Faut il laisser un lecteur homme entrer dans la cabine? Dans les intimités de ces clientes exposées ?Des histoires de rien, des scènes de film, des vies vite... [Lire la suite]
Posté par GFOULQUIE à 09:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 février 2010

Concours Armitière 2009

Les 8 livres proposés par les libraires au jury des lecteurs cette année ont été classés par les notes attribuées au cours des quatre réunions. Le concours réunit une centaine de lexcteurs par groupes de 25 qui discutent entre eux puis notent de un à dix chaque livre. C'est un pe arbitraire car les critères de notation ne sont pas tous les mêmes. Comment mettre 10 par exemple? Pour ma part il y en a un que je n'ai pas lu, donc sans note et il n'entre pas en jeu et 3 que je n'ai pas fini alors là c'est plus un critère mais ce qu'il y a... [Lire la suite]
Posté par GFOULQUIE à 07:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 décembre 2008

ARMITIERE, Prix du public 2008

premiers ou seconds romans de la rentrée littéraire 2008, proposés par les libraires et offerts en pâture aux débat des lecteurs, dans l'ordre de mes préférences : Bénédicte des Mazery, la vie tranchée : la censure pendant la guerre de 14-18 Yanick Lahens, la couleur de l'aube : Haïti dans sa misère et son exubérance Philippe Honoré, l'obligation du sentiment : fulgurant, douloureux, magnifiqueFadela Hebbadj, l'arbre d'ébène : le monde hostile des blancs pour un enfant immigrant Eugène Green, la reconstruction : fort,... [Lire la suite]
Posté par GFOULQUIE à 08:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 octobre 2007

La donation de FLorence Noiville

la rentrée littéraire a eu lieu et encore une fois pléthore de romans, merci à l' Armitière de nous aiguiller dans ce maquis. Le concours des lecteurs a repris. Il consiste à lire 8 livres prêtés par la librairie, participer à des débats puis à un vote pour désigner le préféré des lecteurs. Jouons le jeu et à travers ces quelques notes de lecture, partageons les plaisirs des livres découverts. La signature chez le notaire d’un acte de donation des biens des parents aux enfants est le révélateur /fixateur de la douleur d’être l’... [Lire la suite]
Posté par GFOULQUIE à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mars 2007

concierge dans le 7°

A la librairie hier soir, un public d'adorateurs pour Muriel Barbery, lauréate du prix des lecteurs de l' Armitière avec "l'élégance du hérisson".Sympathique forcément, contente, c'est normal, un prix du public ça parle au coeur.Et puis gentille avec tout le monde, parlant beaucoup de son mari qui travaille avec des enfants précoces, (pas surdoués, c'est pas pareil), du Japon, du thé, bref de toutes façons de tout ce qu'il y a dans le bouquin et il y en a beaucoup.Même une auto-dénonciation : si elle a ressemblé par le passé... [Lire la suite]
Posté par GFOULQUIE à 23:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 janvier 2007

Concours de l'Armitière

Merci à Graziella pour l'animation du groupe 4. Les lecteurs sont toujours aussi attentifs et réactifs. Mais ce que je préfère c'est quand on n'est pas d'accord. Faut il dénoncer un texte parce qu'il n'est pas parfaitement écrit? Au risque de lui préférer une niaiserie bien fichue?En tout cas, consensus général pour "puisque rien ne dure" et large discussion sur la spiritualité dans "les sabliers du temps", enfoncement général pour "la maison Tudaure" et clivage incompressible pour "la femme aux... [Lire la suite]
Posté par GFOULQUIE à 10:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 janvier 2007

Puisque rien ne dure de Laurence Tardieu

J'ouvre ce livre : première partie : lui (juin 2005) : ça  commence trés bien. belle écriture, ponctuation en vadrouille, émotion, le temps du trajet qui laisse la mémoire revenir. Tenu en haleine par ces trente premières pages, uniquement par le souffle... 10 jours après j'entame la deuxième partie : journal d'elle 15 ans avant et la disparition. et là pas moyen de lacher la troisième partie : eux, maintenant, retrouvés. Et maintenant c'est fini et je ne veux pas en dire plus sur l'histoire, elle a peu d'importance et... [Lire la suite]
Posté par GFOULQUIE à 11:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
19 décembre 2006

Les sabliers du temps de Virginie Langlois

La beauté du désert, l’omniprésence du minéral et un espoir en l’homme, en sa capacité de trouver de l’eau et de verdir les terrasses, les « restanques », comme on dit dans le Var. La présence des serpents…le danger mais aussi le salut, quand, à le suivre, on sort du champ de mines… Virginie Langlois a vu son manuscrit « présents » retenu par le prix de l’inédit du festival de Mouans, en Provence. Le prix c’était la publication du roman par Actes Sud, qui au passage a changé le titre avec « les sabliers du temps » (un peu redondant... [Lire la suite]
Posté par GFOULQUIE à 23:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 décembre 2006

La maison Tudaure de Caroline Sers

L'auteur joue sur un suspense  qui n’en finit pas de s’étirer. Mais pas moyen de m’y intéresser.L’atmosphère de ce petit village reculé, inaccessible et pourtant inexplicablement peuplé est bien rendue mais elle est effrayante : il fait froid, il fait sombre, les sapins enserrent le village dès le panneau de sortie…mais de quoi vivent ils ? A oui, une usine, vaguement présente, en fait elle fermée après avoir peut être participé au premier drame il y a 50 ans. Tout ça est esquissé, dilué, sans vraie force de dénonciation :... [Lire la suite]
Posté par GFOULQUIE à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 décembre 2006

Courir dans les bois sans désemparer de Sylvie Aymard

C'est le titre du premier roman de Sylvie Aymard. Un roman noir, grinçant même. Avec des coq à l'ane, des mélanges de genre volontaires et bienvenus, à commencer par la première phrase : "J'ai bien essayé de me faire piétiner par un gros sanglier, mais il se cache le jour et la nuit je ne vois rien...", des images incongrues et fulgurantes comme cet oncle d'Afrique qui "entrait dans les éléphants pour les dépecer".Sous la forme, les douleurs d'une vie : des rencontres blessantes, le parcours des années hippies,... [Lire la suite]
Posté par GFOULQUIE à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]