long roman de Thomas Mann, "les Buddenbrook" constitue un roman riche de sens, de styles, de personnages, rassemblés dans une fresque décrivant le monde commerçant de Lubeck au XIX° siècle.

La réussite, la richesse, l'importance de l'argent, dots, héritages, affaires qui prennent le pas sur les affinités. Luthérianisme qui s'accomode fort bien a proximité de l'argent. Rejet des déviants, artistes et viveurs. Carcan des convenances plus fortes que tout sentiment (le personnage de Tony, Antonie, porte cette thématique tout au long du roman).

La langue parlée par ces allemands du Nord est bousculée par les rencontres avec des bavarois, et le parler si accentué de Munich. Mais aussi de nombreux accents, prussiens, ou populaires, mal rendus par la traduction évidemment mais dont Mann lui même se sert pour caractériser ses personnages secondaires.